Vendredi 23 septembre 1988: Pas de déblocage pour la séance de ce matin: Aoun à la tête d’un cabinet-surprise de militaires: L’Ouest a immédiatement retiré ses 3 ministres (L’Orient-Le Jour)

Discours et Textes, Samir Geagea

Le général Michel Aoun, commandant en chef maronite de l’armée a été nommé Premier ministre d’un gouvernement composé uniquement de militaires par le Président Amin Gemayel, quelques minutes avant l’expiration de son mandat.

Aux termes de la Constitution, le Conseil des ministres assure le pouvoir exécutif en cas de vacance de la présidence. Le Cabinet est d’habitude dirigé par un sunnite.

La décision de M. Gemayel intervient après le report à ce vendredi de la séance du Parlement qui devait élire hier son successeur, en raison des désaccords persistants entre adversaires et alliés de Damas, notamment au sujet du site, les uns voulant la Villa Mansour alors que le président de la Chambre a choisi la place de l’Etoile.

Le temps des surprises n’est pas encore révolu que commence, aux dires des cassandres, celui de la révolution, ou des deux Républiques, faute d’une deuxième chance pour la première ou d’une première pour la deuxième.

C’est que – sauf si ce 23 septembre, jour I de l’imprésidence, est une pentecôte place de l’Etoile ou Villa Mansour, la dislocation provisoire risque de s’installer pour 45 ans, comme le pacte de 1943, et le pays de mordre la poussière sur sa ligne verte enfin officiellement en 2 déchirée.

On sait en effet que si la vacance présidentielle s’est déjà produite en 1952 lors de la démission de Béchara el-Khoury, jamais par contre le Liban en dépit de ses multiples cloisonnements, n’avait eu 2 gouvernements ou 2 légalités se partageant les loques pourries d’une même administration.

C’est que, dans l’effervescente certitude d’un néo-Cabinet de présidence, annoncé par M. Amin Gemayel dans ses adieux à la nation, l’Ouest a pris les devants par le truchement de ses leaderships religieux (cheikh Hassan Khaled, mufti des sunnites, Mohammed Mehdi Chamseddine, vicaire des chiites, et Mohammed Abouchacra, cheikh Akl des druzes) pour renier d’avance cette formation en en prohibant l’accès à tout mahométan.

Si de tels symboles de modération vont jusqu’à l’excommunion dans leur condamnation, il est évident que la sécession reste le mot d’ordre des radicaux comme MM. Walid Joumblatt et Nabih Berri.

Et le divorce conditionnel, celui des centristes légalistes comme MM. Hussein Husseini et Selim el-Hoss, qui font savoir que tout ce qu’ils peuvent concéder à la cause – toute nouvelle – du replâtrage étatique, c’est de ne pas se lancer dans l’escalade verbale ni d’envenimer les choses en comblant les brèches au sein de leur équipe gouvernementale.

Action et réaction s’enchaînent donc sur un mode conflictuel et il faudra sans doute que l’étranger, qui rassemble si fort à la langue d’Esope, s’en mêle encore une fois pour rattraper dans ses filets ce Liban politique qui s’abîme.

L’ultime surprise:

Dans les faits donc, l’ultime surprise d’un régime, que l’on pensait avoir épuisé la veille, avec le dernier saut à Damas, sa riche panoplie de coups de théâtre: à minuit moins le quart, un Cabinet militaire restreint, alors que toute la journée on avait travaillé d’arrache-pied à mille et une formations civiles, avec M. Pierre Hélou, député de Aley, comme président du Conseil pressenti.

Ainsi, à 23h45, M. Samir Geagea, qui venait de passer à 12h au centre des tractations au Palais de Baabda annonçait l’avènement du gouvernement nouveau ou si l’on veut, du président-collectif appelé à succéder incessamment au président Gemayel.

A 23h53, le directeur général des services de la présidence, M. Joseph Jreissati, donnait lecture des décrets ad hoc et la nouvelle tombait comme une bombe: le général Michel Aoun, commandant en chef de l’armée, obtient la présidence du Conseil et se trouve entouré de 5 officiers supérieurs, dont 3 d’active et 2 à la retraite (les généraux Mahmoud Tay Abou Dargham, ancien chef d’état-major, et Nabil Koraytem, secrétaire général du Conseil supérieur de Défense).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s