Lundi 31 octobre 1988 : Pas d’escalade militaire, proclame la Syrie (L’Orient-Le Jour)

Discours et Textes

La Syrie a démenti qu’elle s’apprêtait à lancer une offensive contre les FL, comme l’affirment celles-ci, et affirme que son principal souci était de trouver une solution pacifique à la crise du Liban. « La Syrie ne veut pas de confrontation militaire avec qui que ce soit au Liban », a déclaré un haut responsable syrien. « Notre principal souci est de trouver une solution pacifique à la crise libanaise par le biais d’une réconciliation nationale ».

Dans les milieux proches des services de sécurité libanais, on affirmait vendredi que la Syrie avait récemment dépêché des renforts, avec des chars, de l’artillerie, des missiles et des véhicules blindés, dans les secteurs de Batroun et Koura, au Nord.

Le général Michel Aoun, rappelons-le, a pour sa part déclaré que la Syrie préparait une opération militaire.

Le président syrien Hafez el-Assad avait déclaré jeudi que Damas n’épargnerait aucun effort pour sortir le Liban de la crise. Lors d’un banquet en l’honneur du président autrichien Kurt Waldheim en visite en Syrie, il a accusé Israël d’être responsable des problèmes du Liban et mis en garde les durs du camp chrétien contre toute coopération avec l’Etat hébreu.

Hier encore, d’ailleurs, Radio-Damas a accusé le camp chrétien de préparer une confrontation militaire avec les alliés libanais de la Syrie, et a averti ce camp qu’une bataille mènerait à sa propre liquidation.

Dans son commentaire quotidien, la radio officielle syrienne a accusé « les groupes libanais pro-sionistes d’empêcher toute solution politique de la crise libanaise, et de prendre, dans leur ghetto, toutes les dispositions pour lancer une escalade militaire contre les forces nationales libanaises.

Ces forces sont, cependant, capables d’extirper à jamais le cancer sioniste du territoire libanais, en dépit des fanfaronnades des bandes pro-sionistes du projet sioniste de division du pays ».

De son côté, M. Sélim el-Hoss a déclaré hier que son principal souci était de mettre fin à la crise et d’empêcher une escalade militaire dans le pays.

M. Hoss a dit à Reuter que les combats « ne peuvent apporter que souffrance et peines au peuple libanais sans régler les problèmes ».

M. Hoss a ajouté qu’il espérait voir les efforts des pays arabes contribuer à faire sortir le Liban de la crise mais a souligné que la meilleure voie était l’application de l’accord syro-américain pour la candidature de M. Mikhaël el-Daher à la présidence.

Enfin, les forces de sécurité ont annoncé que des tirs d’artillerie avaient, pendant plus d’1h dimanche, été échangés entre les forces du PSP et celles de l’armée retranchée à Souk el-Gharb.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s