Mercredi 15 février 1989 : A la suite de nouveaux accrochages entre l’armée et les FL dans les secteurs de Monteverde et du Palais de Justice : Vive tension dans les régions Est : Démarches intensives en soirée afin de rétablir le calme (L’Orient-Le Jour)

Discours et Textes

Les régions Est, confrontées une nouvelle fois à une dure épreuve qui risquerait, en cas d’escalade, d’avoir des retombées lourdes de conséquences, retiennent leur souffle. La tension latente qui régnait depuis plusieurs jours entre certaines unités de l’armée et les FL, à la suite des incidents de Ouyoun el-Simane et de Jdeidé, a en effet éclaté hier soir au grand jour, dégénérant en accrochages localisés dans les secteurs de Monteverde et du Palais de Justice. Les échanges de tirs, qui ont fait 2 tués et plusieurs blessés dans les rangs de la troupe, se sont accompagnés d’une mobilisation générale qui a plongé la zone Est dans une atmosphère de vive inquiétude.

La portée politique et les causes profondes de cette subite tension sont, certes, encore difficiles à élucider. Sont-elles liées, pour ce qui a trait au timing, à l’intensification des efforts, notamment au niveau de la Ligue arabe, en vue de trouver une issue à la crise constitutionnelle présente ? Ou plutôt seraient-elles dues à une faille dans les rapports quotidiens entre le nouveau pouvoir détenu par le général Michel Aoun et les FL ? Nul ne saurait donner des réponses tranchées à de telles interrogations avant que la situation ne se décante davantage.

Quel que soit le cours que prendront, en tout état de cause, les événements, les incidents des derniers jours, estiment les observateurs, devraient, en toute vraisemblance, aboutir à une redéfinition, dans un sens ou dans un autre, de la relation tactique entre Yarzé et la Quarantaine. En l’absence ainsi d’indications politiques précises, c’est sur les développements sur le terrain et sur les causes directes des affrontements que tous les regards sont pour l’instant tournés. Sur ce plan, une source proche des FL a indiqué hier soir que l’accrochage de Monteverde, qui s’est produit à 18h45, est une conséquence directe de l’état de mobilisation maintenue par le commandement de Yarzé dans les rangs de l’armée depuis vendredi dernier. La source FL a souligné que des contacts intensifs ont été entrepris dans le courant du week-end, par Bkerké ainsi que par le président de l’Ordre des moines maronites, le père Basile Hachem, et par le leader des Kataëb, Georges Saadé, afin d’amener le général Michel Aoun à mettre fin à la mobilisation au sein de la troupe. « Mais toutes ces démarches se sont avérées vaines, a affirmé la source susmentionnée, en dépit du fait que l’incident de Jdeidé avait été circonscrit ».

En ce qui concerne les circonstances de l’accrochage de Monteverde, deux versions contradictoires ont été données à ce sujet. Le communiqué de Yarzé a ainsi indiqué qu’un « véhicule de l’armée à bord duquel se trouvaient 5 militaires a été pris dans une embuscade sur la route de Mansouriyé – Beit Mery ». « Cette embuscade, a ajouté le communiqué de Yarzé, a fait plusieurs victimes. Le commandement de l’armée demande à tous les militaires de rejoindre dans les délais les plus brefs les centres militaires les plus proches du lieu où ils se trouvent ».

De son côté, le 5e Bureau de l’état-major des FL devait diffuser le communiqué suivant : « Un officier et trois éléments des FL ont été enlevés par la police militaire et des commandos de l’armée dans la région de Monteverde. Au même moment une patrouille de la police militaire de l’armée s’est avancée vers une des permanences des FL à Monteverde et a tiré dans cette direction. Les gardes de ce poste ont alors riposté. Une mobilisation générale des unités de l’armée a été signalée aussitôt et l’état-major des FL a pris les mesures nécessaires pour protéger ses soldats et ses permanences contre toute attaque. L’état-major des FL demande aux responsables d’être vigilants et de faire preuve de fermeté en vue d’empêcher toute attaque contre les éléments ou les permanences des FL ».

Tard en soirée, une source responsable FL a catégoriquement démenti qu’un véhicule de l’armée ait été pris dans une embuscade.

Advertisements

One thought on “Mercredi 15 février 1989 : A la suite de nouveaux accrochages entre l’armée et les FL dans les secteurs de Monteverde et du Palais de Justice : Vive tension dans les régions Est : Démarches intensives en soirée afin de rétablir le calme (L’Orient-Le Jour)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s