Mémorandum que Camille Chamoun adressé au Premier ministre israélien sous la rubrique : « Israël et les chrétiens du Liban » (27 décembre 1980)

Ahrar, Camille Chamoun, Discours et Textes, Parti National Libéral

Depuis le début de la guerre civile il y a deux ans et en raison de l’attitude syrienne et du comportement négatif et belliqueux qu’affichaient les pays arabes, des sentiments de solidarité naturelle se sont développés entre Israël et les chrétiens du Liban. Cette union a pour but de mener de front la politique de ces deux minorités enracinées dans la même culture et qui possèdent la même orientation socioculturelle. Toutes deux sont menacées d’extermination par une majorité arabe dont l’intolérance confine à la xénophobie. Pour survivre, elles doivent s’entraider dans tous les domaines, y compris la propagande, les relations extérieures, l’économie et la sécurité.

Dépendre des Etats-Unis est un piège qui ne peut conduire qu’à une grande désillusion. Cela se vérifie entièrement à la lumière du fait que les Etats-Unis s’opposent farouchement à l’idée d’une coopération entre nos deux peuples, qu’ils encouragent la « révolution palestinienne » et montrent de la sympathie aux leaders de ce mouvement et à leurs déclarations cinglantes contre Israël. Aussi les Etats-Unis ont-ils contribué à figer les positions des palestiniens et des Etats arabes ; ils les ont encouragés à combattre et les ont guidés à nouveau sur le sentier de la violence et de la guerre, au lieu de renforcer chez eux leur désir de paix. Les Etats européens se sont comportés de la même manière. C’est pourquoi nous partageons les mêmes problèmes qu’Israël, aussi isolé aujourd’hui que le sont les chrétiens depuis 1975.

Camille Chamoun suggère quelques solutions à mettre en pratique par étapes et qui tendent à faire progresser la coopération entre les deux peuples

 

Nous devons travailler ensemble au retrait des syriens et des palestiniens hors du Liban ou du moins faire en sorte de les désarmer et de libérer les points névralgiques qu’ils contrôlent. Plus tard, les chrétiens dirigeront le gouvernement, seule façon d’assurer une politique de coopération et d’entraide. Dans une large mesure, la possibilité d’une telle collaboration sera fonction de la future constitution libanaise. La coopération régie par la formule constitutionnelle de 1943 stipulant qu’aucune orientation politique ne pourra être adoptée sans l’accord des musulmans, cette coopération n’est plus viable. Nous ne pourrons réaliser cette collaboration que si le Liban devient un Etat fédéral. Si nous disposons de moyens appropriés, rien ne nous empêchera de transformer dans un proche avenir cette fédération en confédération ; et le Liban-Sud nous rejoindra. Israël représente une véritable puissance militaire. Mais, nous aussi, nous devons être forts, coûte que coûte. Je ne tiens pas à réduire l’importance de l’aide qu’Israël nous a fournie et qui nous a permis d’affronter les syriens et les palestiniens, mais elle s’est révélée insuffisante dès qu’il s’est agi d’engager un processus capable d’assurer stabilité et survie à deux minorités vivant au sein d’un milieu hostile.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s