Geagea : Aoun « ne dit pas la vérité » sur la loi électorale

Discours et Textes, Samir Geagea

Geagea : Aoun « ne dit pas la vérité » sur la loi électorale

Le chef des FL a descendu en flèche le projet gouvernemental et préconisé une formule fondée sur les petites circonscriptions.

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, s’est formellement opposé hier au projet de loi électorale adopté par le gouvernement en prévision des législatives de 2013 et a préconisé une formule examinée à Bkerké et fondée sur les petites circonscriptions.
S’exprimant au cours d’une conférence de presse à Meerab consacrée à cette question, M. Geagea a saisi l’occasion pour s’en prendre au chef du CPL, le général Michel Aoun, qu’il a accusé de « ne pas dire la vérité » sur la loi électorale.

Le général Aoun a « évoqué la loi électorale à plusieurs reprises. Au début, je ne souhaitais pas répliquer à ce qu’il disait à ce sujet, mais en fin de compte, l’affaire a atteint un stade inacceptable, parce qu’il ne dit pas la vérité », a déclaré le chef des FL.
Et d’ajouter : « En ce qui concerne le projet présenté par le Rassemblement orthodoxe, dont le général Aoun réclame aujourd’hui l’adoption, nous avions été les premiers à le prôner. À l’époque, les partenaires (chrétiens) au dialogue à Bkerké avaient demandé la formation d’une commission pour examiner ce projet et effectuer une tournée sur l’ensemble des parties afin de connaître leur point de vue à ce sujet, car nous ne pouvons pas entériner un projet que personne n’accepte. »
« Cette commission, dont fait partie le député Alain Aoun en tant que représentant du CPL, a entrepris une tournée complète englobant l’ensemble des parties politiques ainsi que le président de la République et le Premier ministre. Tout le monde, sans exception, a rejeté le projet du Rassemblement orthodoxe. Nous sommes alors convenus de permettre à la commission de poursuivre l’examen des divers projets avec l’objectif de mettre au point la formule susceptible d’assurer la meilleure représentation possible », a-t-il dit.
Or, a poursuivi M. Geagea, « il n’a jamais été question que la proportionnelle soit l’unique formule soumise aux discussions à Bkerké. Il a toujours été question de diverses options ».
« Dernièrement, il est apparu que les deux meilleurs projets, après celui du Rassemblement orthodoxe, étaient d’abord celui des petites circonscriptions, sur base de 61 unités, et ensuite la proportionnelle, mais avec un découpage différent de celui soumis par le gouvernement à la Chambre », a-t-il précisé.
Selon lui, le chef du CPL « revient au projet du Rassemblement orthodoxe pour faire de la surenchère, ni plus ni moins. Mais s’il parvient à en persuader ses alliés, nous serons les premiers à y souscrire ».
M. Geagea a affirmé avoir été « surpris » de voir les ministres du CPL voter en faveur du projet gouvernemental « qui contient quatre ou cinq grosses failles ». « On a essayé dans toutes les régions de noyer les voix chrétiennes ou sunnites dans des océans de voix pro-Hezbollah », a-t-il souligné.
« Face à cette situation, nous sommes attachés au projet des petites circonscriptions parce qu’il est le meilleur pour les chrétiens et les non-chrétiens », a-t-il ajouté, expliquant qu’il s’agit de circonscriptions de deux ou de trois sièges au maximum, avec quelques exceptions de circonscriptions uninominales « dans certains endroits difficiles ».
« Si le général Aoun tient vraiment à la meilleure représentation possible pour les chrétiens, qu’il nous soutienne alors pour ce projet », a-t-il lancé.
Interrogé sur les possibilités d’alliance électorale avec le chef du CPL, si ce dernier parvenait à imposer le projet du Rassemblement orthodoxe à ses alliés, M. Geagea a répondu : « Nous ne sommes pas disposés à une telle alliance. Sur la base de quoi pourrions-nous nous allier ensemble ? Lorsque nous nous entendons sur une chose, comme ce qui s’est passé dans les réunions de Bkerké, puis nous constatons que le général renie cet accord, comment voulez-vous qu’on puisse lui faire confiance ? »
Se disant « optimiste » au sujet de la formule des 61 circonscriptions, M. Geagea a souligné que le découpage actuel (la loi de 1960) est « inadéquat à la fois du point de vue du pacte national et sur un plan pratique ».

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s