Le 24 juillet 1982, lors de l’émission « Le Parlement du Peuple » à la Maison du Futur, Bachir Gemayel pose sa candidature à la présidence

Discours et Textes

Il est paradoxal que le parti Kataëb, pierre angulaire de cette Résistance se soit contenté jusque-là de voler, chaque fois que cela était nécessaire, au secours du pays, laissant à d’autres le soin d’exercer le pouvoir, une fois le danger écarté. Il est temps de mettre fin à cette pratique. Tenter d’accéder au pouvoir n’est pas une honte, mais un devoir. Car c’est par l’exercice du pouvoir qu’on peut bâtir un Etat solide, moderne et dynamique. La vertu n’est pas de renoncer au pouvoir, mais de l’exercer dans un esprit de renoncement.

Nous voulons d’un Président ayant une vision nationale qui confine aux frontières du rêve, et en mesure de pouvoir fixer des relations harmonieuses entre les différentes composantes du pays.

Nous ne voulons pas d’un homme dont toute l’ambition serait d’exercer le pouvoir pour le pouvoir.

Nous voulons d’un président qui se soit incliné ne serait-ce qu’une fois sur la tombe d’un martyr ; d’un président qui sache entrer en de saintes colères, menacer, refuser, décider de manière ferme et trancher.

Nous voulons d’un Président qui sorte le Liban de l’état de crise endémique où se succèdent les projets de solution, et qui sache mettre fin à la crise par une solution qu’il imposerait.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s