Liban : nouveaux combats entre druzes et phalangistes, il y aurait 12 morts et 60 blessés (Le Figaro du 17 octobre 1982) – Nouveau Magazine numéro 1316 du 23 octobre 1982

Discours et Textes, Kataëb, Phalanges Libanaises

Pour la quatrième journée consécutive, de violents affrontements ont opposé hier dans les montagnes du Chouf (Sud-Est de Beyrouth) les milices chrétiennes aux musulmans druzes du Parti Socialiste Progressiste de Walid Joumblatt. Selon le journal Al-Safir, douze personnes au moins ont été tuées et soixante autres blessées au cours des combats qui ont commencé mardi soir et se sont poursuivis depuis de manière sporadique.

Le ministre israélien de la Défense, Ariel Sharon, a demandé hier aux belligérants de cesser les hostilités, déclarant que son armée allait « s’efforcer d’empêcher tout combat ». Mercredi déjà, des unités de Tsahal avaient tenté de s’interposer entre les deux parties, mais s’étaient retirées à cause de la reprise des combats dans la nuit.

De nombreuses démarches auraient déjà été effectuées, tant de la part du gouvernement libanais que du commandement israélien auprès des chrétiens et des druzes pour faire cesser les affrontements, mais, hier encore, ceux-ci semblaient au contraire s’étendre.

Les hostilités entre chrétiens maronites et druzes, vieilles de cent cinquante ans, s’étaient apaisées depuis le début de la guerre libanaise, en 1975, mais ont repris avec une violence accrue à la suite de l’invasion israélienne, début juin.

Deux soldats israéliens ont été tués et cinq autres blessés, hier après-midi, à Bhamdoun (25 Km au Sud-Est de Beyrouth) par l’explosion d’une voiture piégée, qui a fait au total trois morts et dix blessés. La voiture, garée à proximité d’une station service, a explosé au moment où passait un véhicule militaire israélien. C’est le quatrième attentat dont sont victimes des soldats israéliens dans cette région, depuis le 14 août dernier.

A Washington cependant, un groupe de travail israélo-américain a commencé jeudi soir ses discussions sur le retrait des forces israéliennes du Liban, et la sécurité de la frontière Nord de l’Etat hébreu. Le département d’Etat a indiqué hier que les deux parties souhaitaient un retrait « aussi rapide que possible de toutes les forces étrangères déployées au Liban ». Mais Jérusalem réclame le départ préalable des combattants palestiniens, évalués à 5000, qui sont encore dans la vallée de la Békaa. De plus, Israël veut signer un accord de sécurité avec le Liban, mais ne voit aucun rôle au Sud-Liban pour les 7000 hommes de la FINUL ni pour les contingents américain, français et italien de la Force Multinationale de Sécurité.

Au même moment, le « comité des Sept » (Maroc, Algérie, Tunisie, Arabie Saoudite, Syrie, Jordanie et OLP), mandaté par le dernier sommet arabe de Fès pour exposer aux cinq pays membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies le nouveau plan de paix arabe, a tenu sa première réunion à Fès. A l’ordre du jour : mise au point du calendrier des visites des délégations du comité arabe auprès des cinq Grands, et examen des possibilités de représentation de l’OLP, membre à part entière du comité, au sein de chacune des délégations, lors de leurs visites à Washington, Londres, Moscou, Paris et Pékin. (AFP, Reuter).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s