Massoud Achkar: “Bachir était contre l’héritage politique” (L’Hebdo Magazine du 13 mars 2009)

Poussy Achkar

Cet ancien militant des Forces Libanaises à l’époque de Bachir Gemayel n’a jamais abandonné ses principes. Même après l’assassinat du président élu, il a poursuivi la lutte et défendu les idées qu’ensemble ils prônaient. Massoud Achkar considère qu’il est l’élu des habitants et des fils d’Achrafieh et se présente au siège maronite face à Nadim Gemayel, parce que, dit-il, “Bachir était contre l’héritage politique et contre l’utilisation des martyrs à des fins électorales”.

 

L’ancien compagnon de Bachir Gemayel que vous avez été se présente pour le siège maronite de Beyrouth I contre son fils Nadim. Comment les habitants d’Achrafieh réagissent-ils face à ce dilemme?

Je ne me présente contre personne. Je suis né, je vis et j’ai combattu pour cette région. Je ne l’ai jamais quittée, ni pendant ni après la guerre. Je suis resté en contact avec ses habitants. Pour une fois, la circonscription regroupant Achrafieh-Rmeil-Saïfi-Medawar va pouvoir élire ses représentants. Les lois précédentes avaient été injustes à l’égard de cette région, même après le retrait des forces syriennes, puisque c’est la loi Ghazi Kanaan qui a été adoptée en 2005, nous marginalisant davantage. La loi actuelle n’est pas parfaite, mais elle est meilleure que les précédentes. Laissons les habitants se prononcer, puisqu’ils ont, pour une fois, le droit de s’exprimer à travers les urnes.

 

Vous qui avez connu Bachir Gemayel de près. Comment aurait-il réagi face à la candidature et aux alliances de son fils Nadim?

Personnellement, j’ai vécu avec Bachir. Je le considère comme un ami. J’ai fondé les Forces Libanaises à ses côtés. Son rêve d’un Etat fort et indépendant est le mien. Nadim Gemayel est le fils de mon camarade; je le considère aussi comme le mien. En ce qui concerne les choix électoraux, chacun est libre d’exprimer ses opinions. Nous devons les respecter, même si nous ne les partageons pas.

 

Vous avez évoqué, dans vos discours, l’achat des voix dans votre circonscription. Sur quoi vous basez-vous pour lancer de telles accusations?

Mon vrai problème se situe avec la machine électorale de Saad Hariri et ses alliés qui misent sur l’argent électoral. Quand on parle des émigrés, ce n’est un secret pour personne qu’on leur offre un billet d’avion et du cash pour venir voter. La loi électorale pose des contraintes matérielles et financières qui ne sont pas respectées par certains candidats et partis. N’oublions pas que, pendant la tutelle syrienne, ce sont eux qui ont couvert les comportements de la Syrie avec les libanais, notamment contre les chrétiens. En 2005, ils nous ont fait rater une occasion en or d’aboutir à un réel partage du pouvoir entre les différentes coomposantes du tissu libanais. Je peux pardonner à ceux qui ont fait du tort au Liban, mais je ne peux pas oublier. Les gens non plus d’ailleurs. Certains oublient que le Liban est un pays de partenariat, pour lequel Bachir Gemayel est mort, pour lequel tous nos martyrs ont payé de leur vie, pour lequel des étudiants ont été tabassés, des militants arrêtés et conduits dans les prisons syriennes… Le 14 mars 2005, nous sommes tous descendus sur la Place des Martyrs. Malheureusement, le groupe Hariri et ses alliés continuent d’accaparer le pouvoir et les chrétiens continuent d’être marginalisés.Les prérogatives du Premier ministre sont plus importantes que celles du président de la République, qui se contente d’un rôle d’arbitre.

 

Vous êtes donc favorable à un amendement de l’accord de Taëf?

Oui. IL faut rendre ses prérogatives au président, sans pour autant toucher à celles de la communauté sunnite, pour assurer un rééquilibrage au sein du pouvoir. Il faut également que ce changement consolide le rôle du vice-président grec-orthodoxe du Cabinet, qi ne jouit actuellement d’aucune prérogative. L’une des bonnes choses de Taëf est la décentralisation. C’est une clause vitale qu’il s’agit d’appliquer sous toutes ses formes pour faciliter la vie des libanais à tous les niveaux. La loi électorale doit être remaniée pour aboutir à l’application du projet proposé par Fouad Boutros après discussion avec toutes les factions. La loi électorale étant la base de toute vie politique démocratique dans le système libanais, chaque communauté marginalisée va être source de problème. Rectifions le tir une fois pour toutes. Aujourd’hui, ce sont les chrétiens qui le sont.

 

Le Conseil municipal de Beyrouth est dominé par le 14 mars. Est-il partie prenante dans ces élections ou se tient-il à égale distance de tous?

Puisque l’on parle de la ville de Beyrouth, le mohafez doit garder ses prérogatives pour préserver l’équilibre communautaire, parce que les chrétiens dans la capitale sont aussi marginalisés au niveau de la municipalité. Nous demandons une nouvelle loi qui respecte chaque région administrative à Beyrouth. Il y en a 12, chacune doit élire ses représentants municipaux et les sanctionner s’ils ne remplissent pas leurs fonctions comme il se doit, à l’instar de ce qui se passe dans toutes les grandes capitales du monde. Les nominations doivent aussi être réajustées pour pouvoir assurer un meilleur développement de la ville. Beyrouth I paie des taxes et ne reçoit, en contrepartie, qu’une partie infime de ce qui lui revient. Nous avons beaucoup de pauvreté, une seule école publique, le renforcement de l’Hôpital de la Quarantaine n’a pas été fait malgré nos demandes répétées. Achrafieh a donné beaucoup de martyrs, elle a souffert et lutté pour le Liban. Tout cela n’a pas été pris en compte depuis 1990.

 

En tant qu’ancien combattant, que ressentez-vous lorsque vous constatez que le sort des détenus en Syrie et celui des réfugiés en Israël n’ont toujours pas été réglés?

Ces deux dossiers sont prioritaires. Ils doivent être réglés très vite. C’est un combat permanent que je mène, d’autant plus que des amis à moi se trouvent toujours dans les prisons syriennes. Ce dossier est plus important que la délimitation des frontières et l’échange diplomatique. Il revient à l’Etat de s’en occuper. Depuis 9 ans, des centaines de familles vivent en Israël. Pourquoi l’amnistie décrétée il y a 17 ans ne les englobe-t-elle pas? Il faut leur permettre de revenir dans leur terre.

 

Quel regard portez-vous sur les armes palestiniennes et celles du Hezbollah?

Je suis favorable, en tant qu’ancien combattant, au transfert de toutes les armes vers la légalité. Nul dossier ne peut être réglé par la force; seul le dialogue peut résoudre tous les points litigieux.

 

Quel regard portez-vous sur les armes palestiniennes et celles du Hezbollah?

Je suis favorable, en tant qu’ancien combattant, au transfert de toutes les armes vers la légalité. Nul dossier ne peut être réglé par la force; seul le dialogue peut résoudre tous les points litigieux.

 

Quelles seront, selon vous, les répercussions du rapprochement syro-saoudien sur le Liban?

Quand on parle d’un Etat fort, souverain, indépendant, il faut resserrer les rangs pour ne pas être vulnérables face à n”importe quel compromis entre les axes régionaux. Seul le dialogue peut nous sauver. Depuis que Barack Obama a été élu, il est clair qu’il y a une approche différente que l’on perçoit et qui se traduit par une ouverture sur la Syrie et l’Iran. Une ouverture que Londres a clairement exprimée en se disant prêt à entamer des contacts directs avec la branche politique du Hezbollah.

 

Au sein de quel bloc allez-vous siéger si vous remportez les élections?

Notre combat a commencé avant le 14 et le 8 mars. Je suis le candidat des habitants d’Achrafieh. Bachir Gemayel était contre l’héritage politique et contre l’utilisation des martyrs à des fins politiques. Il a été lui-même le martyr de tout le Liban et non seulement d’une seule partie ou d’une seule famille.

 

(Propos recueillis par Danièle Gergès)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s