Les vétérans de la guerre racontent… (par Jad Semaan, in L’Orient-Le Jour du 27 avril 2006)

Dany Chamoun, Poussy Achkar

Qu’est-ce qui peut réunir Massoud Achkar, Issam Abou Jamra, Bob Azzam, Fayez Karam et Obad Zouein autour d’une même table? Tous ont résisté, chacun à sa manière, pour que reste le Liban souverain et libre de tout occupant étranger.

C’est une histoire de 30 ans et 13 jours de lutte, écrite en rouge, entre le 13 avril 1975 et le 26 avril 2005. Tous les personnages sont vrais: Issam Abou Jamra est ancien vice-Premier ministre d’un cabinet de militaires et général retraité de l’armée; Obad Zouein est un “résistant en continuité” depuis les événements de 1958 et membre actif du Tanzim; le colonel à la retraite Fayez Karam a été fait prisonnier à Mazzé (Syrie) après la razzia du 13 octobre 1990, avant de prendre le chemin de l’exil; Massoud Achkar, qui a recueilli 10000 voix aux législatives d’Achrafieh en 2000, s’est forgé un nom au glaive lors du siège des 100 jours et depuis, il n’a pas cessé le combat; et Bob Azzam, aujourd’hui sur chaise roulante, est un “tigre” vétéran du PNL.

A l’invitation de l’Amicale des étudiants de pharmacie de l’Université Saint-Joseph et de l’association Union pour le Liban (l’UPL est un regroupement de vétérans de la guerre, issus du Tanzim, du PNL, des Kataëb, des FL, de l’armée libanaise et des FSI, à la texture, malheureusement, purement chrétienne), une table ronde a été tenue à l’auditorium de la faculté de médecine, en mémoire des centaines de milliers de martyrs et en mémoire de ceux qui ont lutté ouvertement, clandestinement ou à partir des pays de l’émigration.

Dans son allocution, M. Zouein est revenu sur la naissance de l’UPL. “L’histoire se répète chez les peuples qui ne connaissent pas leur passé”, a-t-il dit. “Nous voulons tirer les leçons de notre histoire et éviter aux nouvelles générations de payer les mêmes factures. C’est en mémoire de nos camarades martyrs et pour rester fidèles à la même éthique, aux mêmes idéaux de résistance, que nous nous sommes réunis”.

Pour parler des préliminaires de la guerre (1968-1975), il a suffi au général Abou Jamra de fouiller sa mémoire d’officier de l’armée. “Le destin du Liban est de se trouver dans le berceau des trois religions monothéistes et à la lisière de la plus importante zone pétrolière”, a-t-il déclaré. M. Abou Jamra est revenu sur la révolte de 1958. “Elle a été conduite à partir de la Syrie contre le président Camille Chamoun. En dépit des réformes menées, plus tard, lors du mandat Chéhab, 1958 a fissuré les liens entre chrétiens et musulmans. Et de n’avoir pas participé à la guerre de 1967, qui se solda par un échec, le Liban a été puni. La Ligue arabe a, en effet, décidé que les opérations des fedayin devaient se poursuivre à partir de la Jordanie et du Liban…”. Issam Abou Jamra a narré divers incidents où l’armée a réussi à contenir les fedayin. Mais le couperet de l’accord du Caire (1968), puis celui de Melkart (1973), sont venus mettre un terme aux élans de l’armée. L’OLP régnait désormais en maître et l’armée de désagrégeait. Le général à la retraite se souvient que les libanais étaient désormais divisés entre “ceux pour qui le Liban était la priorité et ceux pour qui la cause palestinienne primait”.

Qui mieux qu’un ancien des “Noumours” pour parler de la Guerre des Deux Ans (1975-1976) et de l’assaut contre le camp de Tall el-Zaatar, que même l’aviation israélienne redoutait? Bob Azzam (blessé de guerre en 1978) a notamment relaté les préparatifs des assauts, concoctés par un certain colonel Michel Aoun (alias Raad…) et Dany Chamoun. “Ils parlent de l’union du 14 Mars, a noté M. Azzam. Je vais vous dire que Dany l’a déjà consacrée, lorsqu’il est allé, au front, à la rencontre de cheikh Hassan Yaacoub (disparu avec l’imam Sadr), en 1975…”.

Dans son intervention, Azzam a également rappelé qu’une grande partie de “ceux qui réclament aujourd’hui le désarmement des palestiniens nous ont combattus, côte à côte avec les palestiniens…”.

Massoud, alias Poussy Achkar, n’y est pas allé par quatre chemins: “Que les syriens se souviennent que la seule région d’où ils ont été chassés par la pointe des armes, c’est bien Achrafieh!”. Le camarade de Béchir Gemayel parlait, bien entendu, du siège de 1978. Ils s’est souvenu, non sans grande émotion, que c’est le soutien de la population qui a assuré aux résistants la victoire. “Que ceux qui prétendent que ce sont les chrétiens qui ont appelé les syriens au secours réécoutent le discours de Hafez el-Assad, du 20 juillet 1976, où il se plaît à dire qu’il ne s’est excusé auprès de personne pour entrer au Liban!”, a asséné M. Achkar. L’homme, qui a recueilli 90% des suffrages chrétiens sans pour autant avoir été élu, a réitéré que les brigades palestiniennes (Hittine, Aïn-Jalloud, al-Saïka…), “qui ont sévi au Liban”, étaient encadrées par des officiers syriens.

Sans emphase, le verbe digne, le colonel Fayez Karam est revenu sur les années de l’effervescence populaire autour du phénomène Aoun et sur les trois batailles menées par “le petit général” (contre Sami el-Khatib, les syriens et les FL), sur ce macabre 13 octobre, lorsquel le colonel Karam, fait prisonnier, a aperçu cent soldats libanais agenouillés, à Dahr el-Wahch, sur le point d’être abattus. “Nous entendons des critiques sans cesse formulées à l’encontre des militaires. Laissez-moi vous dire que ma plus grande fierté est d’avoir été soldat au service de mon pays”, a conclu l’ancien candidat aux législatives de Tripoli.

Les témoins ont conclu leur récit en répondant aux questions de l’auditoire. Pourquoi des combattants “d’en face”, de “l’ex-gauche”, n’ont-ils pas été conviés à cette rencontre? “Il faut encore du temps pour que les choses mûrissent”, a-t-on répondu à l’une des questions. Dommage.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s