16 avril 1981: Bachir Gemayel tend la main à Damas

Bachir Gemayel, Discours et Textes

Bachir Gemayel réaffirme devant la presse sa disposition à dialoguer avec la Syrie pour trouver une solution en profondeur au problème libanais. Pour le chef des FL, la crise a facilité le dialogue entre les chrétiens et les syriens. “Nous leur avons montré qu’on ne nous aura pas. Nous avons affronté avec les moyens d’une résistance nationale une armée équipée pour lutter contre Israël mais qui n’a pas pu nous chasser de Zahlé. Mais nous disons en même temps être prêts au dialogue”.

Déclarant que c’est le président Sarkis qui lui a demandé d’ouvrir ce dialogue, le chef des FL précise que ce dialogue “n’a pas commencé, la balle étant dans le camp syrien” et que, s’il a lieu, il proposera de garantir à la Syrie que le Liban ne sera pas une base d’agression contre elle, en contrepartie de garanties que la Syrie devra donner aux chrétiens et qu’il ne précise pas.

Estimant à 600 le nombre des libanais tués depuis le 2 avril à Zahlé et à Beyrouth, Bachir précise que les défenseurs de Zahlé tiennent l’intérieur de la ville d’où l’armée syrienne n’a pas pu les déloger. “Les syriens, dit-il, occupent trois collines dominant la ville, mais Zahlé n’est pas encerclée totalement et nous ne sommes pas coupés complètement de nos hommes à l’intérieur”.

Reçoit-il une aide d’Israël? “La résistance est prête à recevoir de l’aide de n’importe qui car elle ne se laisse pas manipuler par ceux qui l’aident”.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s